FANDOM


Notes : L'espion royal est un livre dans Dishonored et Dishonored : L'Homme corrodé.

Contenu Modifier

[Extrait du journal d'Hiram Burrows. Date : plusieurs années auparavant]

Quatrième jour du mois des Grands Froids.

L'éradication des gangs dans le quartier de la distillerie est en progression, mais c'est un processus plus lent que prévu. Les voyous qui sévissent dans ce quartier ont de la ressource, c'est vrai, mais leurs jours sont comptés. Je ferai fouetter leurs chefs en public avant de les confier aux bons soins du bourreau royal. Si cela ne tenait qu'à moi, ce salopard de muet passerait ses journées mais aussi ses nuits à raccourcir tous ceux qui le méritent.

L'Impératrice n'a pas l'air d'apprécier mon travail. On dirait que ça la dépasse, que c'est contraire à sa nature idéaliste. Elle refuse de croire que nous sommes entourés de traîtres, bien que ce soit une réalité. Notre réalité.

Non, Jessamine préfère musarder avec son Protecteur royal. Lui, au moins, il semble capable de la protéger du moindre danger, mais il faudra bien plus que des muscles pour déjouer le complot qui se trame. À quoi son épée lui servira-t-elle si on empoisonne son verre ou si on lui livre un colis piégé ? À rien. Le danger guette à tous les coins de rue, et seul un travail d'investigation minutieux pourra la protéger efficacement.

La petite Lady Emily est très indisciplinée, ce qui est regrettable.

Elle bénéficie ici, à Dunwall Tower, d'une excellente éducation sous la houlette des meilleurs professeurs des Îles, mais sa mère lui passe tous ses caprices et elle passe le plus clair de son temps à rêvasser, à dessiner ou à apprendre l'escrime avec Corvo, armée d'un petit bâton. Cette petite sera peut-être à la tête de l'Empire : elle n'a pas le droit de gaspiller son temps en enfantillages.

Dernièrement, j'ai décidé de renforcer les mesures de sécurité autour de la porte principale de Dunwall Tower. Quand je pense que jadis, l'Empereur Kaldwin avait coutume de la laisser ouverte au public du matin au soir... Si cela ne tenait qu'à moi, je murerais l'accès à la rue, mais l'Impératrice ne veut rien entendre. L'accès au fleuve est beaucoup plus facile à protéger et condamner les autres entrées permettrait de limiter de allées et venues dans la tour. Un jour, nous aurons une intrusion et tout le monde s'en mordra les doigts, croyez-moi. Quand il s'agit de protéger des dirigeants, la sécurité passe avant tout.

L'Impératrice me refuse également son aval pour les systèmes de sécurité de Sokolov. Bien sûr, Sokolov se moque éperdument de la sécurité nationale, mais c'est un homme vaniteux et il ferait n'importe quoi pour qu'on utilise ses inventions. Le "Portail foudroyant" qu'il bidouille est prometteur. Enfin, j'ai au moins réussi à onvainre l'Impératrie de donner aux officiers de la Garde Urbaine des pistolets de meilleure facture.

Pourquoi sui-je le seul à m'inquiéter de la sorte ? Si je venais à disparaître, qui empècherait ce monde de s'écrouler ? Les créatures parviendraient-elles à franchir nos murs pour se repaître de notre chair ? C'est en tou cas ce que je vois en rêve plusieurs fois par mois. Si seulement j'avais plus de poids politique, plus d'influence, je pourrais protéger tout le monde.

J'ai peut-être trop tiré sur la corde. Je crois que je vais dîner et passer la soirée à discuter avec une amie raffinée, pourquoi pas du côté du quartier résidentiel.

Hiram Burrows, Maître-espion

Emplacement Modifier

Ce livre peut être trouvé dans la salle de Corvo après sa première rencontre avec l'Outsider, si le joueur a acheté du contenu en précommande.

Le quatrième paragraphe de ce livre est cité dans le prologue de Dishonored : L'Homme corrodé.